Source : Cybersécurité : «La criminalité de masse se développe» | Amaelle Guiton | Libération

Rançongiciels, réseaux 5G, «actes inamicaux»… Le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, Guillaume Poupard, revient sur les évolutions de 2019 et les enjeux des années à venir.

Chargée de superviser la protection des réseaux de l’Etat et des entreprises sensibles (les «opérateurs d’importance vitale»), l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) compte aujourd’hui 600 agents, contre 120 à sa création en 2009. En dix ans, la cybersécurité est devenue, en France comme ailleurs, une préoccupation majeure, à mesure que se succédaient des piratages tour à tour discrets ou spectaculaires. Des attaques informatiques ayant ciblé Airbus via ses sous-traitants, aux rançongiciels (des logiciels qui «cryptent» les données et exigent une rançon pour les déverrouiller) qui ont affecté la société de conseil Altran, la chaîne M6 ou le CHU de Rouen, 2019 n’a pas fait exception. Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi (photo DR), revient pour Libération sur les évolutions et les enjeux à venir.

Que retenez-vous de 2019 en matière de cybersécurité ?

French national cybersecurity agency (Agence Nationale de la securite des systemes d'information) ANSSI head Guillaume Poupard poses at ANSSI headquarters in Paris on September 18, 2019. (Photo by ERIC PIERMONT / AFP)Cette année a vu se concrétiser, en France, deux menaces que nous avions vu venir. D’une part, les attaquants exploitent la complexité des systèmes industriels et les liens de confiance entre certaines entreprises et leurs prestataires pour déjouer les défenses de leurs cibles. Le seul point positif, c’est que cela signifie qu’il est devenu difficile d’attaquer directement ces entreprises. Les efforts de sécurisation commencent à payer, la porte est fermée, mais il reste malheureusement pas mal de fenêtres… Il va donc falloir, au sein de ces écosystèmes industriels, revoir les architectures, resegmenter, recloisonner, y compris en interne.