Ils ont refusé de céder au chantage, quitte à devoir tout reconstruire. Le groupe lyonnais de lingerie haut de gamme Lise Charmel a été placé en redressement judiciaire « par protection » après une cyberattaque massive début novembre dont l’entreprise ne s’est vraiment sortie qu’en janvier, selon son directeur général.